Configuration statique et par défaut du routage IP sur Cisco

Configuration statique et par défaut du routage IP sur Cisco

Dans cet article, nous nous concentrons sur le routage statique et du routage par défaut pour IPv4 et IPv6. Les routes statiques font partie intégrante de la politique de routage d’une entreprise.

Les routes statiques peuvent être utilisées pour forcer le trafic à utiliser un chemin spécifique ou pour établir une route par défaut en dehors de l’entreprise. L’administrateur réseau a la responsabilité de créer des routes statiques dans la table de routage.

Ainsi, un administrateur réseau doit surveiller et maintenir les routes statiques pour assurer la connectivité.

Vue d’ensemble du routage statique et du routage par défaut

Puisqu’un routeur configuré avec un protocole de routage dynamique peut apprendre des routes d’autres routeurs sans entrée supplémentaire de l’administrateur réseau, pourquoi utiliseriez-vous un routage statique ?

Les situations varient et d’autres raisons peuvent être propres à une implémentation particulière, mais, en général, vous utilisez le routage statique dans ces cas :

Utiliser des routes statiques :

  • Dans un petit réseau qui ne nécessite qu’un routage simple
  • Dans une topologie de réseau hub-and-spoke
  • Lorsque vous souhaitez créer une route ad hoc rapide
  • Comme sauvegarde en cas d’échec de la route principale

Ne pas utiliser d’itinéraires statiques :

  • Dans un grand réseau
  • Quand on s’attend à ce que le réseau augmente de taille.

Les routes statiques sont couramment utilisées lorsque vous routez d’un réseau plus vaste vers un réseau tronqué (un réseau auquel on accède par un seul lien).

Les routes statiques peuvent également être utiles pour spécifier une route par défaut ou une passerelle de dernier recours. Par exemple, dans la figure A, R2 est relié à un réseau tronqué.

Figure A - Exemple d'un réseau de bout
Figure A – Exemple d’un réseau de bout

Dans la Figure A, il n’existe pas d’autre voie de sortie du réseau tronqué que l’envoi de paquets à HQ. Par conséquent, il est logique de configurer R2 avec une route par défaut indiquant l’interface attachée au HQ.

De même, HQ n’a qu’une seule façon d’acheminer les paquets destinés au réseau tronqué rattaché à R2. Par conséquent, il est logique de configurer HQ avec une route statique indiquant l’interface attachée à R2.

Oui, vous pouvez configurer les deux routeurs avec un protocole de routage dynamique, mais cela peut introduire un niveau de complexité qui peut ne pas être nécessaire dans une situation de réseau tronqué.

Configuration de route statique IPv4

Pour configurer une route statique, utilisez la commande ip route avec la syntaxe suivante :

Router(config)# ip route network-address subnet-mask {ip-address | exit-interface} [administrative-distance]

Voici l’explication de chaque paramètre :
network-address: L’adresse réseau de destination du réseau distant à ajouter à la table de routage.
subnet-mask : Le masque de sous-réseau du réseau distant à ajouter à la table de routage. Le masque de sous-réseau peut être modifié pour résumer un groupe de réseaux.

Un ou les deux paramètres suivants sont utilisés :
ip-address: Couramment appelée l’adresse IP du routeur de saut suivant.
exit-interface: Interface sortante utilisée pour transférer les paquets vers le réseau de destination

Le paramètre optionnel administrative-distance est également affiché. Ceci est utilisé lors de la configuration d’une route statique flottante, comme vous pouvez le voir la section routes flottantes.

La Figure B montre la topologie que nous utilisons aujourd’hui pour examiner le routage statique et par défaut d’IPv4.

Figure B - Topologie de routage IPv4 statique et par défaut
Figure B – Topologie de routage IPv4 statique et par défaut

Le Tableau A montre le schéma d’adressage IPv4 que nous utilisons avec la topologie de la Figure B.

Tableau A – Schéma d’adressage IPv4

Appareil


InterfaceAdresse IPMasque de sous-réseauPasserelle par défaut
HQS0/0/010.10.10.1255.255.255.0
R1G0/0172.16.3.1255.255.255.0
S0/0/0172.16.2.2255.255.255.0
R2G0/0172.16.1.1255.255.255.0
S0/0/0172.16.2.1255.255.255.0
S0/0/1192.168.0.1255.255.255.0
S0/1/010.10.10.2255.255.255.0
R3G0/0192.168.1.1255.255.255.0
S0/0/1192.168.0.2255.255.255.0
PC1NIC172.16.3.10255.255.255.0172.16.3.1
PC2NIC172.16.1.10255.255.255.0172.16.1.1
PC3NIC192.168.2.10255.255.255.0192.168.2.1

Supposons que R1 soit configuré et connaisse ses propres réseaux directement connectés. L’exemple A montre la table de routage pour R1 avant que tout routage statique ne soit configuré.

Exemple A – Table de routage R1 avant la configuration des routes statiques

R1# show ip route
<sortie ignorée>

Gateway of last resort is not set

   172.16.0.0/16 is variably subnetted, 4 subnets, 2 masks
C      172.16.2.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
L      172.16.2.2/32 is directly connected, Serial0/0/0
C      172.16.3.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L      172.16.3.1/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
R1#

 

R1 ne connaît pas ces réseaux distants :

  • 172.16.1.0/24: Le LAN sur R2
  • 192.168.0.0/24 : Le réseau série entre R2 et R3
  • 192.168.1.0/24 : Le LAN sur R3
  • 10.10.10.0/24 : Le réseau série entre R2 et HQ
  • 0.0.0.0.0/0 : Tous les autres réseaux accessibles par HQ

Routes statiques IPv4 utilisant le paramètre Next-Hop

En utilisant le paramètre next-hop, R1 peut être configuré avec trois routes statiques – une pour chaque réseau que R1 ne connaît pas encore. L’exemple B montre la syntaxe de la commande.

Exemple B – Configuration de route statique avec le paramètre Next-Hop

R1(config)# ip route 172.16.1.0 255.255.255.0 172.16.2.1
R1(config)# ip route 192.168.0.0 255.255.255.0 172.16.2.1
R1(config)# ip route 192.168.1.0 255.255.255.0 172.16.2.1
R1(config)# ip route 10.10.10.0 255.255.255.0 172.16.2.1

L’interface qui achemine vers le saut suivant doit être up et up avant que les routes statiques puissent être entrées dans la table de routage. L’exemple C vérifie que les routes statiques sont maintenant dans la table de routage.

Exemple C – Table de routage de R1 après configuration des routes statiques

R1# show ip route
<sortie ignorée>

Gateway of last resort is not set

   10.0.0.0/24 is subnetted, 1 subnets
S      10.10.10.0/24 [1/0] via 172.16.2.1
   172.16.0.0/16 is variably subnetted, 5 subnets, 2 masks
S      172.16.1.0/24 [1/0] via 172.16.2.1
C      172.16.2.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
L      172.16.2.2/32 is directly connected, Serial0/0/0
C      172.16.3.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L      172.16.3.1/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
S    192.168.0.0/24 [1/0] via 172.16.2.1
S    192.168.1.0/24 [1/0] via 172.16.2.1
R1#

Lors de l’utilisation du paramètre next-hop, le routeur doit avoir une route dans la table vers le réseau auquel appartient l’adresse next-hop.

Surligné dans l’exemple C, nous voyons que R1 a effectivement une route vers le réseau 172.16.2.0/24, qui inclut l’adresse 172.16.2.2.1 du saut suivant.

Cependant, la configuration d’une adresse next-hop nécessite que le routeur effectue une recherche récursive pour trouver l’interface de sortie avant de pouvoir envoyer le paquet par l’interface série 0/0/0.

Routes statiques IPv4 à l’aide du paramètre Exit Interface

Pour éviter une recherche récursive et pour qu’un routeur envoie immédiatement des paquets à l’interface de sortie, configurez la route statique en utilisant le paramètre Exit Interface au lieu du paramètre next-hop (ip-address).

Par exemple, sur R2, nous pouvons configurer des routes statiques vers les LAN de R1 et R3 en spécifiant l’interface de sortie :

R2(config)# ip route 172.16.3.0 255.255.255.0 serial 0/0/0
R2(config)# ip route 192.168.1.0 255.255.255.0 serial 0/0/1

Toutes les routes statiques précédentes vers ce réseau utilisant une adresse IP next-hop doivent être supprimées.

R2 a maintenant deux routes statiques dans sa table de routage (voir Exemple D) qu’il peut utiliser immédiatement pour router vers les réseaux 172.16.3.0.0/24 et 192.168.1.0.0/24 sans avoir à faire une recherche récursive de route.

Exemple D – Table de routage de R2 après la configuration d’une route statique

R2# show ip route
<sortie ignorée>

Gateway of last resort is not set

   10.0.0.0/8 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C      10.10.10.0/24 is directly connected, Serial0/1/0
L      10.10.10.2/32 is directly connected, Serial0/1/0
   172.16.0.0/16 is variably subnetted, 5 subnets, 2 masks
C      172.16.1.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L      172.16.1.1/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
C      172.16.2.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
L      172.16.2.1/32 is directly connected, Serial0/0/0
S      172.16.3.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
   192.168.0.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C      192.168.0.0/24 is directly connected, Serial0/0/1
L      192.168.0.1/32 is directly connected, Serial0/0/1
S   192.168.1.0/24 is directly connected, Serial0/0/1
R2#

REMARQUE : Bien que la sortie surlignée dans l’exemple D montre que les routes sont directement connectées, techniquement, ce n’est pas vrai.

Cependant, en ce qui concerne R2, l’interface de sortie est le moyen d’arriver à une destination, un peu comme les routes réellement directement reliées.

Un autre avantage d’utiliser la configuration de l’interface de sortie au lieu de la configuration de l’adresse du saut suivant est que la route statique ne dépend pas de la stabilité de l’adresse IP du saut suivant.

La plupart du temps, l’utilisation de la configuration de l’interface de sortie est la meilleure pratique, nous utilisons donc la configuration de l’interface de sortie pour toutes les routes statiques et par défaut pendant que nous progressons dans cet article.

Configuration de route IPv4 par défaut

Une route par défaut est un type spécial de route statique utilisé pour représenter toutes les routes avec zéro ou pas de correspondance de bits.

En d’autres termes, quand aucune route n’a une correspondance plus spécifique dans la table de routage, la route par défaut est une correspondance.

L’adresse IP de destination d’un paquet peut correspondre à plusieurs routes dans la table de routage. Par exemple, pensez à avoir les deux routes statiques suivantes dans la table de routage :

172.16.0.0/24 is subnetted, 3 subnets
S 172.16.1.0 is directly connected, Serial0/0/0
S 172.16.0.0/16 is directly connected, Serial0/0/1

Un paquet destiné à 172.16.1.1.10, l’adresse IP de destination du paquet, correspond aux deux routes.

Cependant, l’itinéraire 172.16.1.0 est la route la plus spécifique car la destination correspond aux 24 premiers bits, alors que la destination correspond seulement aux 16 premiers bits de la route 172.16.0.0.0. Par conséquent, le routeur utilise la route avec la correspondance la plus spécifique.

Une route par défaut est une route qui correspond à tous les paquets. Généralement appelée route quad-zéro, une route par défaut utilise 0.0.0.0 (d’où le terme quad-zéro) à la fois pour l’adresse réseau et le paramètre du masque de sous-réseau, comme dans cette syntaxe :

Router(config)# ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 {ip-address | exit-interface}

En se référant à la topologie de la Figure B, supposons que HQ dispose d’une connexion à Internet. Du point de vue de R2, tout le trafic par défaut peut être envoyé au HQ pour routage en dehors du domaine connu vers R2.

La commande suivante configure R2 avec une route par défaut pointant vers HQ:

R2(config)# ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 serial 0/1/0

R2 a maintenant une passerelle de dernier recours listée dans la table de routage – une route par défaut candidate indiquée par l’astérisque (*) à côté du code S (voir Exemple E).

Exemple E – Table de routage R2 après configuration de la route par défaut

R2# show ip route
<sortie ignorée>
   * - candidate default, U - per-user static route, o - ODR
   P - periodic downloaded static route

Gateway of last resort is 0.0.0.0 to network 0.0.0.0

   10.0.0.0/8 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C      10.10.10.0/24 is directly connected, Serial0/1/0
L      10.10.10.2/32 is directly connected, Serial0/1/0
   172.16.0.0/16 is variably subnetted, 5 subnets, 2 masks
C      172.16.1.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L      172.16.1.1/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
C      172.16.2.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
L      172.16.2.1/32 is directly connected, Serial0/0/0
S      172.16.3.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
   192.168.0.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C      192.168.0.0/24 is directly connected, Serial0/0/1
L      192.168.0.1/32 is directly connected, Serial0/0/1
S   192.168.1.0/24 is directly connected, Serial0/0/1
S*   0.0.0.0/0 is directly connected, Serial0/1/0
R2#

Du point de vue de R1 et de R3, R2 est la route par défaut. Les commandes suivantes configurent R1 et R3 avec une route par défaut pointant vers R2 :

R1(config)# ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 serial 0/0/0
!
R3(config)# ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 serial 0/0/1

Encore une fois, nous pouvons vérifier que la route par défaut est maintenant dans la table de routage pour R1 (voir Exemple F).

Exemple F – Tables de routage de R1 et R3 après configuration de la route par défaut

!R1!!!!!!!!!!!
R1# show ip route
<sortie ignorée>
  * - candidate default, U - per-user static route, o - ODR
  P - periodic downloaded static route

Gateway of last resort is 0.0.0.0 to network 0.0.0.0

  172.16.0.0/16 is variably subnetted, 4 subnets, 2 masks
C		172.16.2.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
L		172.16.2.2/32 is directly connected, Serial0/0/0
C		172.16.3.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L		172.16.3.1/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
S*	0.0.0.0/0 is directly connected, Serial0/0/0
R1#
!
!R3!!!!!!!!!!!!
R3# show ip route
<some codes omitted>
  * - candidate default, U - per-user static route, o - ODR
  P - periodic downloaded static route

Gateway of last resort is 0.0.0.0 to network 0.0.0.0

  192.168.0.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C		192.168.0.0/24 is directly connected, Serial0/0/1
L		192.168.0.2/32 is directly connected, Serial0/0/1
  192.168.1.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C		192.168.1.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L		192.168.1.1/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
S*	0.0.0.0/0 is directly connected, Serial0/0/1
R3#

Après avoir évalué les tables de routage complètes pour R1, R2 et R3 montrées dans les exemples E et F, vous pouvez voir que R1 et R3 n’ont besoin que d’une seule route – une route par défaut.

R2 agit comme routeur hub pour les spokes R1 et R3. Par conséquent, il a besoin de deux routes statiques pointant vers les LAN de R1 et R3. R2 a également une route vers le HQ pour toute destination qu’il ne connaît pas.

Mais qu’en est-il du HQ? Actuellement, le HQ n’a pas de routes de retour vers les réseaux accessibles par R2. Tout trafic provenant de PC1, PC2 et PC3 est donc actuellement limité aux réseaux R1, R2 et R3.

Aucun de ces PC ne peut “pinguer” l’adresse de l’interface HQ 10.10.10.1. Dans la sortie de traceroute de l’exemple G, l’échec se produit après la réponse de R2.

C’est parce que HQ reçoit les requêtes ICMP de PC1 mais n’a pas de route de retour vers le réseau 172.16.3.0/24. Par conséquent, HQ écrase les paquets.

Exemple G – Echec de la commande traceroute de PC1 à HQ

C:\> tracert 10.10.10.1

Tracing route to 10.10.10.1 over a maximum of 30 hops:

1   0 ms   0 ms   1 ms   172.16.3.1
2   0 ms   0 ms   1 ms   172.16.2.1
3   *       *     *       Request timed out.
4   ^C
C:\>

Configurons le HQ avec des routes statiques pour compléter la configuration des routes statiques pour la topologie de la Figure B.

Configuration de routes IPv4 sommaires statiques

Avant de configurer cinq routes statiques distinctes pour chacun des réseaux de la figure B, notez que les réseaux 172.16 peuvent être résumés en une route et que les réseaux 192.168 peuvent être résumés en une route. L’exemple H montre les cinq routes en binaire, avec les bits en commun surlignés.

Exemple H – Calcul de route sommaire pour les routes statiques du HQ

Summary calculation for the 172.16 networks:
10101100.00010000.00000001.00000000
10101100.00010000.00000010.00000000
10101100.00010000.00000011.00000000
Summary calculation for the 192.168 networks:
11000000.10101000.00000000.00000000
11000000.10101000.00000001.00000000

La route sommaire pour les réseaux 172.16 est 172.16.0.0/22 car les trois adresses réseau ont 22 bits en commun. Bien que cette route statique sommaire ne fasse pas partie du schéma d’adressage actuel, elle inclut également la route 172.16.0.0/24.

La route sommaire pour les 192.168 réseaux est 192.168.0.0/23 parce que les deux adresses réseau ont 23 bits en commun.

Vous pouvez maintenant configurer HQ avec deux routes statiques sommaires au lieu de cinq routes statiques individuelles :

HQ(config)# ip route 172.16.0.0 255.255.252.0 serial 0/0/0
HQ(config)# ip route 192.168.0.0 255.255.254.0 Serial0/0/0

Désormais, PC1 peut tracer avec succès une route jusqu’à l’interface HQ, comme le montre l’exemple I.

Exemple I – Traceroute réussit de PC 1à HQ

C:\> tracert 10.10.10.1

Tracing route to 10.10.10.1 over a maximum of 30 hops:

1   1 ms   0 ms   0 ms   172.16.3.1
2   0 ms   1 ms   2 ms   172.16.2.1
3   1 ms   2 ms   1 ms   10.10.10.1

Trace complete.

C:\>

La commande traceroute est réussie parce que HQ a maintenant une route de retour vers le réseau de PC1, comme dans l’exemple J.

Exemple J – Table de routage HQ avec routes IPv4 sommaires statiques

HQ# show ip route
<sortie ignorée>

Gateway of last resort is not set

  10.0.0.0/8 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C		10.10.10.0/24 is directly connected, Serial0/0/0
L		10.10.10.1/32 is directly connected, Serial0/0/0
  172.16.0.0/22 is subnetted, 1 subnets
S		172.16.0.0/22 is directly connected, Serial0/0/0
S		192.168.0.0/23 is directly connected, Serial0/0/
HQ#

Routage statique IPv6

Le routage statique avec IPv6 est similaire à IPv4. Nous utilisons la même topologie mais changeons l’adressage en IPv6 (voir Figure C).

Figure C - Topologie IPv6 de routages statique et par défaut
Figure C – Topologie IPv6 de routages statique et par défaut

Le Tableau B montre le schéma d’adressage IPv6 que nous utilisons avec la topologie de la Figure C.

REMARQUE : L’adressage IPv6 des PC est réglé sur l’auto-configuration. Pinguer d’un PC à l’autre ne serait pas vraiment amusant. Cependant, les adresses IPv6 ne sont pas réglées manuellement afin que vous puissiez pratiquer votre connaissance du fonctionnement d’EUI-64.

Pouvez-vous déterminer l’adresse MAC de chaque PC ? Si ce n’est pas le cas, passez en revue l’article “Adressage IPv6”.

(Indice : FFFE et inverser le septième bit.) Si vous suivez en utilisant un simulateur, vous pouvez envisager de configurer manuellement les PCs avec des adresses IPv6 plus faciles-2001:DB8:1:3::A/64 sur PC1, par exemple. Cela améliorera grandement votre expérience de la commande ping.

Configuration des routes statiques IPv6

La syntaxe de commande pour le routage statique IPv6 est similaire à celle d’IPv4 :

Router(config)# ipv6 route ipv6-prefix/prefix-length {ipv6-address | exitinterface} [administrative-distance]

Par conséquent, les commandes suivantes configurent R2 avec des routes statiques vers les LAN de R1 et R3 :

R2(config)# ipv6 route 2001:DB8:1:3::/64 Serial0/0/0
R2(config)# ipv6 route 2001:DB8:1:A1::/64 Serial0/0/1

Comme souligné dans la sortie de la commande show ipv6 route dans l’exemple K, R2 a maintenant des routes dans sa table de routage vers les LAN de R1 et R3.

Exemple K – Table de routage IPv6 de R2 après configuration des routes statiques

R2# show ipv6 route
IPv6 Routing Table - 11 entries
<sortie ignorée>

C	2001:DB8:1:1::/64 [0/0]
    via ::, GigabitEthernet0/0
L	2001:DB8:1:1::1/128 [0/0]
    via ::, GigabitEthernet0/0
C	2001:DB8:1:2::/64 [0/0]
    via ::, Serial0/0/0
L	2001:DB8:1:2::1/128 [0/0]
    via ::, Serial0/0/0
S	2001:DB8:1:3::/64 [1/0]
    via ::, Serial0/0/0
C	2001:DB8:1:F::/64 [0/0]
    via ::, Serial0/1/0
L	2001:DB8:1:F::2/128 [0/0]
    via ::, Serial0/1/0
C	2001:DB8:1:A0::/64 [0/0]
    via ::, Serial0/0/1
L	2001:DB8:1:A0::1/128 [0/0]
    via ::, Serial0/0/1
S	2001:DB8:1:A1::/64 [1/0]
    via ::, Serial0/0/1
L	FF00::/8 [0/0]
    via ::, Null0

Configuration de route IPv6 par défaut

Ce qui suit est la syntaxe de commande pour une route par défaut IPv6 :

Router(config)# ipv6 route ::/0 {ipv6-address | exit-interface}

Tout comme pour le quad-zéro dans IPv4, le double point (::) signifie tous les bits sont des 0s ou n’importe quelle adresse, et le /0 signifie toute longueur de préfixe.

En continuant avec l’exemple de la Figure C, nous pouvons configurer R1, R2 et R3 avec les routes par défaut suivantes :

R1(config)# ipv6 route ::/0 serial 0/0/0
R2(config)# ipv6 route ::/0 serial 0/1/0
R3(config)# ipv6 route ::/0 serial 0/0/1

Les points surbrillants de l’exemple L montrent les routes par défaut pour R1, R2 et R3.

Exemple L – Routes par défaut dans les tables de routage de R1, R2 et R3

!R1!!!!!!!!!!!
R1# show ipv6 route
IPv6 Routing Table - 6 entries
<sortie omise>
S	::/0 [1/0]
    via ::, Serial0/0/0
<sortie omise pour les routes connectées et les routes locales >

!R2!!!!!!!!!!!
R2# show ipv6 route
IPv6 Routing Table - 12 entries
<sortie omise>

S ::/0 [1/0]
    via ::, Serial0/1/0
S	2001:DB8:1:3::/64 [1/0]
    via ::, Serial0/0/0
S	2001:DB8:1:A1::/64 [1/0]
    via ::, Serial0/0/1
<sortie omise pour les routes connectées et les routes locales >

!R3!!!!!!!!!!!
R3# show ipv6 route
IPv6 Routing Table - 6 entries
<sortie omise>

S	::/0 [1/0]
    via ::, Serial0/0/1
<sortie omise pour les routes connectées et les routes locales >

 

Configuration de routes IPv6 sommaires statiques

Semblable au scénario de routage statique IPv4, HQ peut être configuré avec deux routes statiques sommaires vers les LAN de R1, R2 et R3. L’exemple M montre les quatre premiers hextets (64 bits) des cinq routes en binaire, les bits en commun étant surlignés.

Exemple M – Calcul de route sommaire pour les routes statiques de HQ

Summary calculation for the first four hextets of 2001:DB8:1:1::/64,
2001:DB8:1:2::/64, and 2001:DB8:1:3::/64 networks:
0010000000000001:0000110110111000:0000000000000001:0000000000000001::
0010000000000001:0000110110111000:0000000000000001:0000000000000010::
0010000000000001:0000110110111000:0000000000000001:0000000000000011::
Summary calculation for the first four hextets of 2001:DB8:1:A0::/64 and
2001:DB8:1:A1::/64 networks:
0010000000000001:0000110110111000:0000000000000001:0000000010100000::
0010000000000001:0000110110111000:0000000000000001:0000000010100001::

Par conséquent, la première route sommaire est 2001:DB8:1::/62 car les trois adresses réseau ont 62 bits en commun.

Bien que cette route statique sommaire ne fasse pas partie du schéma d’adressage actuel, elle inclut également le réseau 2001:DB8:1::/64. La deuxième route sommaire est 2001:DB8:1:A0::/63 car les deux adresses réseau ont 63 bits en commun.

Vous pouvez maintenant configurer HQ avec les deux routes statiques sommaires suivantes:

HQ(config)# ipv6 route 2001:DB8:1::/62 Serial0/0/0
HQ(config)# ipv6 route 2001:DB8:1:A0::/63 Serial0/0/0

Maintenant, HQ a deux routes sommaires, comme vous pouvez le voir dans les entrées en surbrillance de l’exemple N.

Exemple N – Table de routage de HQ avec routes IPv6 sommaires statiques

HQ# show ipv6 route
IPv6 Routing Table - 5 entries
<sortie ignorée>

S	2001:DB8:1::/62 [1/0]
    via ::, Serial0/0/0
C	2001:DB8:1:F::/64 [0/0]
    via ::, Serial0/0/0
L	2001:DB8:1:F::1/128 [0/0]
    via ::, Serial0/0/0
S	2001:DB8:1:A0::/63 [1/0]
    via ::, Serial0/0/0
L	FF00::/8 [0/0]
    via ::, Null0
HQ#

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


CAPTCHA Image
Reload Image